Bibliothèque Angellier

 

Narrateur, point de vue



-Faire la distinction entre :
1- l'auteur lui-même, en personne (doté d'un état civil, d'un être biologique...)
et
2- l'auteur implicite = l'image, la représentation que l'auteur a de lui-même en tant
qu'écrivain, par opposition à son "être réel."
"Implied author": concept créé par Wayne Booth dans The Rhetoric of Fiction, 1961, et 3- le narrateur : cf. plus bas

Origine:
Aristote, Rhétorique. Le discours de l'orateur s'accompagne d'un "éthos" - des caractéristiques morales propres à l'orateur et qui fonctionnent comme instrument de persuasion.
"Persona" : terme qui désigne le narrateur à la première personne.
Recouvre différentes catégories: peut être entièrement fictif, totalement distinct de l'auteur ("je" des Voyages de Gulliver); plus proche de l'auteur bien qu'adapté à un rôle spécifique dans telle ou telle oeuvre (le narrateur de Tom Jones); ou tel que tout nous invite à une identification avec l'auteur ("je" de la poésie romantique).
Concept de "ton" (1. A. Richards), d"'intonation" (Bakhtine), de "voix."
"Voix" = dans l'usage récent, l'équivalent pour un ouvrage de création littéraire de l'éthos aristotélicien dans le discours de l'orateur.
We are aware of a voice beyond the fictitious voices that speak in a work, and a person behind all the dramatis personae, and behind even the first-person narrator. We have the sense of a pervasive authorial presence, a determinate intelligence and moral sensibility, which has invented, ordered, rendered and expressed all these literary characters and materials in just this way.
The "implied author" chooses, consciously or unconsciously, what we read; we infer him as an ideal, literary, created version of the real man; he is the sum of his own choices.
The reader of a work of fiction has the sense not only of the timbre and tone of a speaking voice, but of a total human presence. The implied author is "an ideal, literary, created version of the real man." He is gradually brought into being in the course of the composition. The sense of a convincing authorial voice and presence, whose values, beliefs, and moral vision serve implicitly as controlling forces throughout a work, helps to sway the reader to yield that unstinting imaginative consent without which a poem or novel would remain an elaborate verbal game. (Cf. Abrams, Glossary of Literary Terms)

3- le narrateur proprement dit, celui (celle) qui prend en charge la conduite du récit.
Mise en garde de Genette (Figures III): confusion entre mode et voix, c'est-à-dire entre la question quel est le personnage dont le point de vue oriente la perspective narrative? et cette question tout autre: qui est le narrateur? - ou, pour parler plus vite, entre la question qui voit? et la question qui parle?
Terme de "foyer narratif" (focus of narration).
Typologie à trois termes
1) récit à narrateur omniscient
Narrateur> Personnage
le narrateur en sait plus que le personnage, ou plus précisément en dit plus que n'en sait aucun des personnages.
2) récit à "point de vue," à "champ restreint" (focalisation interne)
Narrateur = Personnage
le narrateur ne dit que ce que sait tel personnage
3) récit "objectif" ou "behaviouriste" (focalisation externe)
Narrateur < Personnage
le narrateur en dit moins que n'en sait le personnage.

Mode de présence du narrateur (critères relevant de la voix narrative):
- Les marques explicites de la présence d'un narrateur peuvent rester purement grammaticales (pronoms personnels, déictiques), auquel cas le narrateur sera dit « non représenté » (undramatized) ;
il peut au contraire recevoir ou se donner tous les attributs d’un être humain, d’un être « en chair et en os », tel qu’on en rencontre sur les scènes de théâtre (« dramatized narrator »).
La détermination de la portée (vs. amplitude) permet de diviser analepses et prolepses en deux classes, externes et internes, selon que leur point de portée se situe à l'extérieur ou à l'intérieur du champ temporel du récit premier.

- Le narrateur peut - en particulier lorsqu'il est pleinement "représenté" en tant que personne -participer de l'histoire qu'il raconte, être lui-même l'un des personnages de son récit, appartenir à la fois à la sphère de la narration et à la sphère de l'action: auquel cas il sera dit "homodiégétique" ;
ou au contraire il peut ne prendre aucune part à l'action, être coupé de la sphère de l'action, qui restera radicalement hétérogène à la sphère de la narration: auquel cas il sera dit "hétérodiégétique".
- L'activité d'écriture du narrateur peut être glosée en tant que telle dans le récit ("selfconscious narrator": le narrateur est conscient de son activité d'écriture, il mentionne ou même réfléchit sur son activité d'écriture);
l'activité d'écriture peut au contraire rester parfaitement transparente: le narrateur raconte, mais aucune allusion n'est faite à l'activité d'écriture, à la pratique du récit (le narrateur est "unacknowledged" en tant que narrateur).
Temps du récit et anachronies (Gérard Genette, Figures III)
prolepse:
toute manœuvre narrative consistant à raconter ou évoquer d'avance un événement ultérieur
analepse:
toute évocation après coup d'un événement antérieur au point de l'histoire où l'on se trouve anachronie:
désigne toutes les formes de discordance entre les deux ordres temporels [temps du récit et temps de la chose racontée], qui ne se réduisent pas entièrement à l'analepse et la prolepse.
Le radical -lepse désigne en grec le fait de prendre d'où, narrativement, de prendre en charge et d'assumer (prolepse: prendre d'avance, analepse: prendre après coup), et le radical -lipse (comme dans ellipse ou paralipse) qui désigne au contraire le fait de laisser, de passer sous silence (paralipse = prétérition. On fixe l'attention sur un objet en feignant de le négliger).

==> adresse du site de The Living Handbook of Narratology : http://hup.sub.uni-hamburg.de/lhn/index.php/Main_Page